Histoire moderne XVIIe - XVIIIe




Crime et Justice aux XVII<sup>e</sup> et XVIII<sup>e</sup> siècles

Librairie numérique

Benoît GARNOT

Crime et Justice aux XVIIe et XVIIIe siècles

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'histoire de la justice connaît un important tournant : plus qu'aux siècles précédents, le pouvoir grandissant de l'État — « le roi est le lieutenant de Dieu sur la terre » — impose à la population des villes, puis des campagnes, des institutions judiciaires efficaces et structurées. Inventant la « police », s'appuyant sur des spectacles de supplices et un usage plus prononcé de l'incarcération, l'époque moderne voit s'affirmer la criminalisation de l'individu, ainsi encadré et contrôlé.

L'influence croissante de la justice a, cependant, des limites et se heurte le plus souvent aux comportements de communautés urbaines et rurales. Ces dernières, en effet, continuent à régler elles-mêmes leurs différends et préfèrent écarter les tribunaux royaux jugés trop sévères. Le magistrat est davantage là pour dire le droit que pour le faire appliquer.

A travers plusieurs affaires — meurtres, incendies volontaires, blasphèmes, petite délinquance... — Benoît Garnot, proposant de nouveaux moyens d'investigation dans l'histoire de la criminalité, brosse un tableau vivant et nuancé des mentalités d'Ancien Régime face au crime et à la justice.

Agrégé d’histoire et docteur ès lettres, Benoît Garnot a été professeur d’histoire moderne à l’université de Bourgogne. Auteur de nombreux ouvrages, il a consacré ses travaux à l’histoire de la justice et de la criminalité sous l’Ancien Régime.

Feuilletez un extrait au format e_et_XVIIIe_siecles.pdf target="_blank" class="bio">







Sur le même thème : Histoire moderne XVIIe - XVIIIe

Dernières parutions