Histoire moderne XVIIe - XVIIIe




Un Crime conjugal au 18e siècle

Benoît GARNOT

Un Crime conjugal au 18e siècle

L’Affaire Boiveau

Le 29 octobre 1728, alors qu'il rentrait chez lui, Jean Boiveau, « sieur de Volesvres », est assassiné sur la route. Son épouse, Magdelaine, est accusée du crime — perpétré par tueur à gages — et condamnée, un an plus tard, à la question, puis à la décapitation. L'affaire Boiveau, qui défraya alors la chronique, amènera la déposition de cent cinquante témoins.

Relatant les faits avec talent, Benoît Garnot s'attache surtout à reconstituer le cadre social et les modes de pensée en ¦uvre dans ce fait divers, ceux de la victime et de son entourage, ceux des juges, et enfin ceux du clergé, qui tentera de réhabiliter la « dame de Volesvres » après sa mort.

Par les passions qu'elle implique, par la richesse exceptionnelle du dossier judiciaire dont nous disposons, cette affaire criminelle forme un témoignage précieux pour mieux connaître les mentalités du XVIIIe siècle.

Agrégé d’histoire et docteur ès lettres, Benoît Garnot a été professeur d’histoire moderne à l’université de Bourgogne. Auteur de nombreux ouvrages, il a consacré ses travaux à l’histoire de la justice et de la criminalité sous l’Ancien Régime.

Feuilletez un extrait au format







Sur le même thème : Histoire moderne XVIIe - XVIIIe

Dernières parutions